Le principe du  Paddock Paradise  est de recréer un environnement proche de celui des chevaux qui vivent en liberté. Il a été mis au point par Jaime Jackson après 4 années d’observation des mustangs de la région du Grand Bassin de l’ouest Américain. Ceux-ci se déplacent toute la journée sur des « pistes » afin de trouver non seulement leur nourriture, qui doit être variée en fonction de leurs besoins, mais aussi l’eau indispensable dans un climat semi-désertique.

Les principes tirés des observations de Jaime Jackson sont :

  • La vie en  troupeau hiérarchisé

  • Le  mouvement constant sur des  sols variés

  • La  nourriture rare, variée et de qualité mais surtout accessible  24/24h

  • Les  pieds nus (non ferrés)

  • Une bonne condition  physique et  mentale

Le paddock paradise est construit comme un «  parcours » continu, qui permet aux chevaux de trouver tout ce dont ils ont besoin pour vivre harmonieusement.

La répartition de différentes  zones d’activité tout au long du parcours pousse ainsi le troupeau à se déplacer constamment d’un espace à l’autre.
Manger, boire, se reposer, s’abriter, se gratter, se rouler, galoper et jouer constituent les activités qu’ils effectuent tout au long du parcours.

Le parcours est constitué de différentes «  textures » de sol afin de solliciter leur vigilance et de favoriser la robustesse de leurs pieds (non ferrés).
Ceci contribue à l’entretien et la bonne santé des pieds et du physique en général.

Ce mode de vie permet aux chevaux de rester en  extérieur toute l’année.

Cette nouvelle vision de l’hébergement des chevaux, venue des Etats-Unis, est assez récente en Europe.


“Notre challenge est de créer un espace vivant pour l’esprit équin et pas pour le nôtre. Plus précisément, un environnement qui déclenche
chez le cheval les réponses d’un comportement naturel. Je crois que le problème avec nombre de systèmes de confinement actuels est
qu’ils empêchent de tels comportements ou bien récompensent le cheval de ne pas en avoir.”

–  Jaime Jackson (“Paddock Paradise”)